La Libération Monétaire



Ça bouge en Suisse


La monnaie est à nous

Votation pour un retour de la création Monétaire vers la Banque Nationale

"La plupart des personnes ne sont absolument pas conscientes d’une des causes principales de la crise financière: la production autonome de monnaie électronique par les banques.

L’initiative pour la monnaie pleine veut que seule la Banque Nationale fasse de la monnaie, comme c’est en principe prévu par la constitution fédérale.

Il avait été interdit aux banques, depuis plus de cent ans, d’imprimer de la monnaie en papier. La même chose est maintenant nécessaire pour la monnaie girale, car elle représente aujourd’hui 90 pour cent de la monnaie.

La monnaie pleine a de grands avantages: le franc suisse deviendra la monnaie la plus sûre du monde, des bulles financières et de l’inflation seront empêchées, et la création de monnaie bénéficiera exclusivement à tout le monde: la monnaie pleine est géniale et « swiss »!".

"En 2012, l'économiste Richard Werner, qui enseigne le système bancaire international à l'université de Southampton, a fait faire un sondage auprès de 1000 citoyens de Francfort. La question posée était la suivante : « Qui crée et distribue l'argent ? ». 84 % des personnes interrogées pensaient que c'était ou la banque centrale ou le gouvernement qui mettait l'argent en circulation et qui décidait qui le toucherait. A la question : « Seriez-vous d'accord pour accepter un système dans lequel la majeure partie de l'argent est créée et répartie par des entreprises privées à but lucratif plutôt que par des organes de l'Etat ? », 90 % des personnes interrogées ont répondu : « Non, nous ne voulons pas. »".

Plus d'infos (en français) sur Initiative Monnaie Pleine.




Serbie


Un nouveau type de banque?

Un coup de pied formidable au FMI

"Les socialistes de Serbie ont abandonné début août 2013 le système bancaire version modèle européen, provoquant des protestations véhémentes au sein de l’Union européenne et du Fonds monétaire international en adoptant une loi qui établit que la Banque de Serbie devra désormais travailler dans l’intérêt de l’économie nationale et des besoins du peuple serbe et pourra ne pas observer les décisions de la Banque centrale européenne, du FMI et des spéculateurs internationaux."

L'article complet sur Blogapares.




Enquête sur la loi du 3 janvier 1973


Un livre de Pierre-Yves Rougeyron,
qui aurait du mentionner l'UPR et François Asselineau

La préparation de la tragédie

— La Banque Centrale de la France, socle principal

— Que s'est-il vraiment passé le 3 janvier 1973?

— Les folles conséquences de la loi du 3 janvier 1973

— Georges Pompidou a "laissé faire"

— Aux sources de la loi: le rapport Marjolin-Sadrin-Wormser

— La grande escroquerie des anglais

— La grande escroquerie des américains


La vente de la France à la criée

— Le processus de 1973 ou La trahison de Jean Monnet

— Le IVe Reich allemand fabriqué par les américains

— La liquidation organisée de la France et de sa souveraineté


Le Parti Socialiste termine la mise en esclavage de la France par la dette

Un livre choc de Pierre-Yves Rougeyron

— Le Parti Socialiste et la vente de la France aux banques

— La solution (bancaire) finale: on achève bien les français


La France renversée par sa dette

— La France et sa dette

— La dette de la France: combien de morts?

— Qui tient la France? Les noms et la nationalité

— La loi du 3 janvier appliquée à tous les pays européens

— Comment les américains manipulent l'euro de l'intérieur

— Combien a déjà été pris à la France

— Comment sortir de la loi du 3 janvier?

— Pourquoi les français n'ont-ils rien vu?

— La dernière conséquence de la loi du 3 janvier


Annexes

— Comprendre l'esprit de 1973 avec Jean-Paul Sartre

— Comprendre l'esprit de 1973 avec Edmond de Rothschild

— Le cœur financier de la planète

— Sur le Rapport Pébereau

— La dette et l'indépendance nationale

— Les listes des députés et sénateurs qui avaient voté





La monnaie, du pouvoir d'achat au pouvoir d'être


Une conférence illustrée de Philippe Derudder (novembre 2012)

Apportez votre pierre au renouvellement en faisant circuler ces 7 courtes vidéos:

Une crise en trompe l'œil

La nature de la monnaie

Les racines du système

L'argent dette, nouvel asservissement

À l'aube d'une fabuleuse transformation

Reprendre le pouvoir sur la monnaie

Passer de la survie à la vie



Comment la France peut sortir de la crise


Retrouver notre souveraineté monétaire

Pour cela il faut que la France sorte de l'Euro et quitte l'Union Européenne, afin de s'affranchir de l'article 123 du traité de Lisbonne et ainsi retrouver les bonnes conditions qui prévalaient théoriquement avant la loi du 3 janvier 1973 qui a interdit à l'État de se financer auprès de sa Banque Centrale.

La souveraineté monétaire dont il est ici question ne veut pas uniquement dire le retour au Franc, mais signifie aussi et surtout que l'État maîtrise la création monétaire.

Une remarque

Avant 1973 l'État avait peut-être en théorie le droit de créer la monnaie mais dans la pratique il ne l'utilisait déjà plus depuis longtemps, ou alors épisodiquement...

Voici ce qui doit nous mettre la puce à l'oreille:

Jacques Duboin a écrit "Pourquoi manquons-nous de crédits?" en 1961;

— le Cartel des gauches a été vaincu par le "mur de l'argent" en 1925.


Ne pas désobéir aux traités mais sortir de l'U.E. par l'article 50

L'Union Populaire Républicaine de François Asselineau est le seul "parti" qui propose cette solution de bon sens.

Il y a des guillemets autour du mot "parti" car l'UPR se veut plus un Rassemblement (provisoire) motivé par une situation exeptionnelle — comme a pu l'être le Conseil National de la Résistance en 1943 — plutôt qu'un parti politique classique.


Un mensuel progressiste radicalement eurocritique

BASTILLE RÉPUBLIQUE NATIONS: journal de Pierre Levy sur le progrès social, la souveraineté des peuples et l’indépendance nationale.



La dette publique pour les nuls


Sortez de la propagande médiatique

VIDÉO Daily Motion:
La dette publique pour les nuls


Une vidéo à faire circuler

Pour faire comprendre en 10 minutes à votre entourage comment et pourquoi s'endettent les États.


Être réaliste

Il est mathématiquement impossible de résorber l'ensemble de la dette publique sans aborder la question de la création monétaire par le crédit avec intérêt.


Politiques et médias incompétents

Il est déplorable et même scandaleux qu'un problème aussi crucial que celui de la création monétaire ne soit pas débattu par la classe politique ni traité dans les grands journaux et à la télévision.




La vérité sur la crise


La reconstruction et le choc pétrolier n'expliquent pas tout

On voudrait nous faire croire que les "30 glorieuses" ont été le résultat de la seule reconstruction de ce qui avait été détruit pendant la guerre: une fois tout reconstruit la crise arnaque de la dette publique serait réapparue (sous-entendu car il n'y aurait plus rien eu à faire), d'autant plus qu'il y aurait eu le fameux "choc pétrolier" pour tout précipiter...

En réalité la crise a commencé quand la Banque de France a cessé d'émettre de la monnaie.

La véritable cause ce n'est pas le "choc pétrolier" mais l'article 25 de la LOI 73-7 du 3 janvier 1973 (qui dit que "Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l'escompte de la Banque de France."). La loi 73-7 du 3 janvier 1973 a bien été abrogée par la loi 93-980 du 4 août 1993 mais il faut savoir que dès 1992 l'article 104 du traité de Maastricht (devenu en 2007 article 123 du traité de Lisbonne) avait déjà pris la relève!

Car si la Banque de France avait continué d'émettre la monnaie après 1974 il n'y aurait jamais eu de crise. Et si elle n'avait pas émis de la monnaie à partir de 1945 — c'est à dire que si Charles de Gaule n'avait pas nationalisé la Banque de France en 1945 — il n'y aurait tout simplement jamais eu ni de reconstruction ni de "30 glorieuses"!

Et, au fait, comment peut on sous-entendre qu'il n'y aurait plus rien à faire une fois que tout serait reconstruit? Réfléchissons un peu...



Avoir des projets en temps de paix


Pourquoi attendre une guerre pour tout reconstruire?

Ne peut on pas construire des choses nouvelles, des choses qui n'existaient pas avant, mais qui seraient tellement novatrices qu'elles nous obligeraient à tout revoir de fond en comble?

Ça nous donnerait peut-être l'impression de repartir à zéro, mais cette fois on n'aurait pas à subir le facheux inconvénient de la guerre!

Train maglev à Shangaï

Ne peut on pas remplacer les trains classiques par des trains Maglev à lévitation magnétique (donc sans roues et sans frottements) qui peuvent atteindre 500 km/h tout en étant beaucoup plus sûrs et silencieux et beaucoup moins gourmands en énergie que n'importe quels trains, avions ou voitures ordinaires?

Cela rappelle l'Aérotrain de Jean Bertin, même si la sustentation de ce train n'était pas magnétique mais à coussin d'air...

Et ne peut on pas non seulement remplacer tous les trains existant déjà, mais aussi en introduire de nouveaux, et même constuire de nouvelles gares?

On pourrait imaginer beaucoup d'autres exemples.

En voici deux, entre autres: se doter d'un système d'éducation et d'un système de santé dignes d'une véritable civilisation, au lieu de fermer les écoles et les hôpitaux par manque de moyens financiers!

Ne peut on pas avoir de l'espoir, des projets à long terme, de l'ambition?



Il faut faire sauter le verrou monétaire


La monnaie a été privatisée

Un phénomène peu conscientisé

En France, depuis 1974, l'État ne crée plus de monnaie pour le service public, il n'en crée plus pour payer les fonctionnaires, fonctionnaires dont les militaires — y compris les gendarmes — font partie (même si ceux-là ne se font pas traiter de fainéants!).

Conseil National de la Résistance

Il n'en crée plus pour faire construire des écoles, des hôpitaux, des routes ou des voies ferrées...


L'alibi pétrolier

Au fait, 1974 c'est juste aprè 1973, l'année où la crise a commencé à se faire sentir, soit-disant à cause d'un certain "choc pétrolier".

Mais le choc pétrolier n'aurait-il pas "bon dos", par hasard?

N'Y AURAIT-IL PAS UNE AUTRE RAISON À LA CRISE?


La gauche a failli

En 1981 le "programme commun" aurait dû se réapproprier le droit gouvernemental de créer la monnaie.

Mais au lieu de ça nous avons été trahis car au lieu de saisir cette chance la gauche a, en 1992, abdiqué encore plus en signant le traité de Maastricht (et tout particulièrement l'article 104  — devenu article 123 dutraité de Lisbonne —  et l'article 107): certains commencent d'ailleurs à le regretter!


Les gouvernements ne sont plus maîtres de leur monnaies

Ce sont les banques commerciales qui créent et vendent la monnaie scripturale quand elles accordent un crédit... et oui: elles ne prêtent pas l'argent des autres, elles le créent de toutepièce ("ex-nihilo")!


Pire que "ex-nihilo"

"Ex-nihilo" entendons-nous dire couramment: c'est à dire "à partir de rien"... En fait, c'est pire!

L'argent que les banques prêtent n'a de valeur que parce qu'il y a des richesses à échanger sur terre, des richesses produites par les hommes d'aujourd'hui et d'hier.

Cet argent appartient à l'humanité toute entière et tire sa valeur du travail de tous ces hommes.

L'argent que prêtent les financiers vient des hommes et non pas "de rien".

C'est pire que ce que dit l'expression "ex-nihilo".



Propositions concrètes de partis politiques


S'affranchir de l'Union Européenne

Tout d'abord, il faut être conscient que ceux qui ne veulent pas ou que ceux qui n'osent pas proposer la sortie de l'Europe ne sont pas du tout crédibles car on serait bel et bien pris au piège en restant coincé au sein de l'Union Européenne, en ne pouvant voter, au niveau national, que pour des marionettes sans pouvoir.

Car il faudrait l'unanimité des 27 pays membres pour que l'on puisse par exemple retrouver notre souveraineté monétaire... ce qui est parfaitement impossible!

Donc la seule solution est bien la sortie de l'Union Européenne grâce à l'article 49-A du traité de Lisbonne, ou article 50 du TUE.



UPR (Union Populaire Républicaine)

Ce mouvement de Libération Nationale — qui compte maintenant plus d'adhérents que le NPA — rassemble des français de droite et de gauche autour d'un programme inspiré de celui du Conseil National de la Résistance.

La France sort de l'UE

"Jamais les français n'ont été mis en garde, de la façon explicite et solennelle qui convenait, sur le fait que, dorénavant, les grands choix stratégiques sur l'avenir de la France, en matière de politique étrangère et de défense nationale, dans les domaines sociaux, économiques, monétaires, environnementaux, etc... ne dépendraient plus de leurs votes."


Le programme de l'UPR

En voici un extrait du programme: "2. la réattribution à la Banque de France de son rôle normal de financement de l'État et des collectivités locales, sans quoi tout contrôle de l'endettement public est voué à l'échec (abrogation de l'article 25 de la loi n°73-7 du 3 janvier 1973)".

Un passage de la vidéo pour ceux qui n'ont pas l'envie ou le temps de tout regarder.

L'UPR propose aussi la sortie de l'Europe.



Socialisme & Souveraineté et l'ARSIN

Dossier sur la dette publique

Socialisme & Souveraineté

Organisation créée en 2009 et dissoute en 2011

Plan du progamme de Socialisme & Souveraineté


En voici un extrait particulièrement intéressant:

"Récupérer notre monnaie: pour mettre fin aux effets de la loi de 1973, instaurer d'autres garde-fous contre l'inflation d'origine étatique".


L'ARSIN

Socialisme & Souveraineté est devenu depuis 2011 l'ARSIN (Association Républicaine pour le Socialisme et l'Indépendance Nationale).


Voici les traits fondamentaux de ce club politique:

Nous sommes démocrates et républicains, et ne prônons pas la violence.

Nous recherchons une alternative nouvelle au capitalisme.

Nous voulons que la France redevienne souveraine en quittant l'UE, l'euro et l'OTAN.

L'ARSIN propose aussi la sortie de l'Europe.




L'Association pour les Droits Economiques et Démocratiques


Voici la solution toute simple que propose l' A.D.E.D.:

1.IMPOSER UNE COUVERTURE DE 100% AUX BANQUES COMMERCIALES

2.REDONNER À LA BANQUE CENTRALE SON POUVOIR D'ÉMETTRE LA MONNAIE (c'est à dire abroger les articles 107 et 123 du traité de Lisbonne)


Ceux qui osent parler de "grand pôle public bancaire et financier" sans se référer à ces 2 points fondamentaux sont peut-être bien intentionnés, mais malheureusement incompétents!

Ou alors, et c'est encore pire: ce sont des opportunistes...



Étienne Chouard

Reprendre le contrôle de la monnaie (dans "Le plan C: instituer une vraie démocratie par une Constitution d'origine Citoyenne).

Documents importants aidant à comprendre le lien direct et puissant qui existe entre:

1) le pouvoir de céation monétaire abandonné par les États aux banques privées et

2) les crises, les bas salaires et le chômage de masse.


SIMPOL (la POLitique SIMultanée)

Simpol: une politique souple, dynamique et démocratique

Extrait: "1.1.1 Une réforme monétaire comprenant la restitution de l'émission des fonds hors trésorerie (par exemple le crédit) au gouvernement de chaque nation, accompagnée de dispositions de protection appropriées. Cette mesure permettrait d'enlever cette activité aux banques de dépôt qui émettent actuellement des fonds hors trésorerie comme les dettes/emprunts productifs d'intérêts. À la place, l'État injecterait ces fonds dans l'économie".


Fraternité Citoyenne

Nouvelle formation politique de Marc JUTIER.

Voici ce qu'ils déclarent au sujet de la monnaie et des services publics:

"Le contrôle de la masse monétaire en circulation et donc la création des crédits nécessaires aux activités bénéfiques est le droit régalien du pouvoir politique issu du débat démocratique. La capacité de battre monnaie sur un territoire et donc la création de la confiance dans l'échange marchand est le premier devoir de tout gouvernement souverain."


Le Parti des Français Progressistes

Jacques DAUDON, fondateur du PFP (Parti des Français Progressistes) et promoteur du Référendum d'Initiative Citoyenne, interpelle le Président de la République pour qu'il rétablisse la souveraineté monétaite.


Solidarité & Progrès

Solidarité & Progrès propose depuis 1997 un Nouveau Bretton Woods dont la deuxième mesure fait de l'émission monétaire un SERVICE PUBLIC.(Il faut savoir que 28 juillet 2009 le Sénat italien a adopté une motion (Acte n. 1-00029) appelant le gouvernement italien à présenter le projet de Nouveau Bretton Woods au sommet du G20 qui doit se tenir à Pittsburgh fin septembre).

Contre le monétarisme, un système de crédit public

Extrait: "Les États doivent convoquer une nouvelle conférence du type de celle de Bretton Woods en vue de créer un nouveau système de crédit public pour l'équipement de l'homme et de la nature, en sortant du monétarisme prédateur. Les États doivent mettre un terme à la loi du plus fort et du court terme prévalant sur les marchés internationaux et reprendre le contrôle de l'émission de monnaie et de crédit. Il faut recréer des banques nationales, chefs d'orchestre de la distribution du crédit-monnaie, sous contrôle politique des citoyens".

Solidarité & Progrès nous fait aussi découvrir sous un autre angle le SYSTÈME AMÉRICAIN D'ÉCONOMIE POLITIQUE, qui s'oppose au libéralisme et à l'impérialisme, et qui s'est toujours battu pour la DÉMOCRATISATION DE LA CRÉATION MONÉTAIRE...

Enfin, on aimerait que beaucoup plus d'hommes politiques parlent du CRÉDIT PRODUCTIF PUBLIC comme le fait Jacques CHEMINADE dans cette vidéo!

Pour écouter Radio S&P (un point chaque jour sur les développements de la situation internationale).


La Banlieue S'exprime

USURE N'EST POINT ART, GENS! par Makhlouq (première partie).

USURE N'EST POINT ART, GENS! par Makhlouq (deuxième partie).





À PROPOS DE L'INFLATION


Dans les colonies Américaines

Que ceux qui sont impressionnés par le contre-argument insidueux (ou naïf) de la "planche à billets" qui voudrait que si le gouvernement créait de la monnaie ça créerait aussi de l'inflation lisent le livre " L'argent" de John Kenneth GALBRAITH aux éditions Gallimard (collection "folio histoire") où l'on apprend (p 86) que dans les années 1720, parmi les colonies américaines les 5 suivantes ont émit des billets et que ces expériences ont toutes été concluantes:

USA

① la PENNSYLVANIE

② NEW YORK

③ le NEW JERSEY

④ le DELAWARE

⑤ le MARYLAND


Un court extrait du livre (p 88) pour vous donner envie de l'acheter:

"Par une espèce d'accord tacite entre bien-pensants, les débordements de Rhode Island, du Massachusets et de la Caroline du Sud en vinrent à symboliser et résumer l'expérience monétaire des colonies. L'expérience absolument différente des colonies du centre était purement et simplement passée sous silence."


Le contre-argument de la "planche à billets" est d'autant plus faux que (par rapport à la solution que propose l'A.D.E.D.) la Banque Centrale ce n'est pas la même chose que le gouvernement!

C'est en fait le scandaleux renflouement actuel (2010) des banques qui risque d'être inflationniste, CAR CET ARGENT NE CORRESPOND À AUCUNE PRODUCTION!




L'île de GUERNESEY n'a aucune dette publique

En 1816, l'île de GUERNESEY était dans le pétrin le plus complet. Les digues s'écroulaient, il n'y avait aucune place du marché, les chemins étaient boueux et dans un état horrible, et le gouvernement local était endetté de 19000 livres. Guernesey Le revenu annuel de l'État était de 3000 livres, dont 2400 servaient à payer l'intérêt sur la dette.

Mais les habitants de GUERNESEY firent quelque chose pour corriger la situation.

Ils créèrent et prétèrent au gouvernement 6 000 livres sans intérêts, et les utilisèrent pour réparer les digues. Cela fonctionna si bien qu'ils continuèrent cette méthode  — et le font toujours aujourd'hui —  pour créer une économie avec un taux de chômage de zéro, un haut niveau de vie, des taxes minimes et une inflation très faible.

L'essence, par exemple, coûte environ un tiers de ce qu'elle coûte en Angleterre.

Ces informations ont été tirées du journal "Vers Demain" (Crédit Social): après vérification il s'avère qu'il ne faut cependant pas idéaliser trop vite GUERNESEY car cette île est aussi un paradis fiscal...

Mais ça vaut quand même la peine de se pencher sur la dette et la manière dont elle est créée!





VOUS AUSSI, vous pouvez faire quelque chose!


Ceux qui s'expriment pour dénoncer l'arnaque de la création monétaire sont en écrasante majorité des savants, des spécialistes.

Irréductible contre la privatisation de l'émission monétaire

Mais cela ne doit pas donner de complexes à ceux qui ont tout juste le niveau "brevet des collèges", d'autant plus qu'il est toujours possible, en cas de nécessité, de faire référence aux travaux de ceux qui sont experts en la question!

Les experts ont bien sûr un rôle important à jouer.

Mais une lettre naïve, même avec erreurs de raisonnement et fote d'ortograf sera:


• compréhensible malgré tout

• efficace si l'élu réfléchit à ce que cela représente s'il en reçoit beaucoup, car ça veut dire alors que l'idée commence à "prendre": condition préalable pour qu'il s'y intéresse vraiment


Le monde des spécialistes est un petit monde, qui ne représente qu'une infime minorité: les élus le savent et c'est pourquoi  — contrairement à ce qu'on pourrait croire —  le beau langage ne les impressionne pas plus que ça!

De plus un spécialiste qui s'exprimerait pour le grand public d'une façon savante affaiblirait son message.

Car la plupart des gens n'ont pas envie de comprendre ce jargon professionnel.

Et c'est le peuple qui détient la force de pression, pas les universitaires!


Vous êtes plus FORT que vous ne l'imaginez!

La force du système monétaire actuel est que tout le monde croit que c'est le gouvernement qui crée la monnaie, et que les banquiers prêtent l'argent des épargnants.

Notre force est qu'il est très facile, même en n'étant pas spécialiste, de prouver que ces deux croyances sont fausses.

C'est donc NOUS qui avons l'avantage!



Vive l'Islande et l'Argentine!


Deux exemples à suivre!

L'Islande

 "L'Islande a été le seul pays européen qui a rejeté par un référendum citoyen le sauvetage des banques privées, laissant s'effondrer certaines d'entre elles et jugeant de nombreux banquiers pour leurs crimes financiers."

Après son refus de payer sa dette, l'Islande fera le triple de la croissance de l'UE en 2012 (Un article d'ACTUALUTTE sur Le Grand Soir).


L'Argentine

 "Tout comme les cas islandais ou vénézuélien, la politique économique, financière, sociale et industrielle menée en Argentine depuis 10 ans est soigneusement censurée dans nos médias asservis à l'oligarchie financière et industrielle euro-atlantiste."

L'Argentine prouve qu'il y a une vie après la "mondialisation inévitable" (Un article de l'UPR).



Vive l'Allemagne!


Report de la ratification du pacte budgétaire et du MES

Coup de théâtre en Allemagne

Une partie de l'opposition (notamment la gauche Die Linke) et 12 000 citoyens saisissent le Tribunal Constitutionnel Fédéral allemand en exigeant que le pacte budgétaire et le MES soient qualifiés d'illégaux: les européistes ont donc du souci à se faire!

Le MES et le pacte budgétaire violent la constitution allemande: lien vers un article de François Asselineau publié le 02 juillet 2012.


En France aussi on peut faire quelque chose!

Emprunts toxiques

Saint-Étienne ouvre le bal de la révolte


Vidéos à faire circuler

L'Europe c'est la guerre

L'Union Européenne est un glacis géopolitique américain


PDF à faire circuler

L'Europe est un désastre irrémédiable mais on peut en sortir

Sortir du désastre de l'Euro: retour au Franc



À lire sur atlantico


Mais pourquoi avait-on voté en 1973 cette loi imposant à l'État de passer par les banques privées ou les marchés pour financer sa dette? par Jean-Luc Schaffhauser.



Des dettes d'État au franc d'État


Court Fool.Info

Une monnaie émise exclusivement par l'État (et non par le cartel des banquiers privés) est la seule manière pour pouvoir évoluer vers une société durable. Par ailleurs, cette réforme permet une sortie de l'Union Européenne et de l'Euro qui ne coûte pas d'argent, mais qui en rapporte, et gros!


Exiger de l'argent d'État n'est pas une question de politique de droite ou de gauche. C'est mettre fin à un système d'escroquerie, qui ne durera que tant que les citoyens ignorent comment il fonctionne.

Un article en français de Court Fool.Info.



Viva Chavez!


Chavez oblige les banques à financer le développement

Vidéo sur Dailymotion.


VOXNR.com


C'est parfaitement possible pour un pays de refuser de payer sa dette

Un article de Mamadou Sarr posté le 20 février 2011.

Contrairement à ce qu'on fait passer comme message, cela ne produit pas le chaos.




Quelques liens à visiter


John Kenneth GALBRAITH À ne pas confondre avec KEYNES!


LE GLASS-STEAGALL GLOBAL ET LE PRÉCÉDENT FRANÇAIS par Bertrand BUISSON.

Les principes oubliés de l'antifascisme économique et l'esbrouffe de la banque "universelle".


UNE DETTE PUBLIQUE, DES INTÉRÊTS PRIVÉS par Charles FONTAINE.

Extrait d'un article paru dans le numéro 68 (mai-juin 2010) de NEXUS.


L'ARNAQUE de la dette publique (Tract en PDF à distribuer)


SOCRATE ET LE BANQUIER (Conte de Jacques KEYAERTS)





Pétitions à SIGNER et à FAIRE SIGNER


Pour restaurer le droit légitime des Nations à émettre leur propre monnaie


Pour des banques nationalisées et une France financièrement souveraine!


Pétition pour une loi donnant aux États le contrôle d'une monnaie publique sans intérêts


Pétition européenne STOP-FINANCE


Appel pour une Commission d'Enquête Parlementaire sur la crise financière